Budget et financement

               

 

 

 

 

Taux fixe ou taux variable ?

Le taux d’intérêt de l’emprunt est l’un des principaux points sur lequel s’attarder pour négocier au plus juste son crédit immobilier. Au-delà, du taux nominal, à proprement parler, il est intéressant de s’interroger sur la forme.Pour cela, trois possibilités s’offrent à vous.

Tout d’abord, le taux fixe. Synonyme de stabilité, le taux fixe est déterminé dès la signature du contrat et permet de connaitre le coût total du crédit à sa souscription. Concrètement, dans l’hypothèse où les taux grimpent, vos mensualités resteront les mêmes. A l’inverse, si les taux baissent, ce sera tant pis pour vous. Sécurisant, c’est également le plus onéreux sur la durée.
 
Deuxième possibilité, le taux variable, qui lui évolue en fonction des fluctuations du marché. Plus risqué, il est souvent plus bas, jusqu’à un point d’écart. Le taux variable capé est une alternative intéressante puisque l’évolution du taux est plafonnée à la signature.
 
Enfin, pour les frileux économes, le taux fixe modulable s’avère un bon compromis entre flexibilité et coût. A taux fixe, le prêt modulable permet néanmoins d’ajuster les mensualités en fonction des revenus, sur une base de 10% à 30%, plusieurs fois par an (à négocier !). Ce produit représente un double intérêt. Il permet de se prémunir contre les accidents de la vie, tel qu’une baisse de revenus, ou à l’inverse, d’augmenter nettement les mensualités et ainsi réduire la durée du prêt, et donc le coût global.

Pour vous aider à faire votre choix, comparez les taux avec un simulateur de crédit immobilier.